Introduction

Si nous nous voulons les héritières d’Ernst Röhm comme défenseurs du bien commun à travers les valeurs de l’ordre, de l’épanouissement sexuel et de la sécurité, nous n’omettons pas pour si peu les contraintes temporelles imposées à notre spiritualité par les nombreux changements mondiaux et bouleversements planétaires de ce dernier demi-siècle. C’est dans cette noble perspective qu’homonymisant la S.A. a été fondée la Sororité Aryenne, qui compte bien s’imposer comme instrument d’un renouveau fasciste pour le XXI° siècle. Nous n’avons nul doute que votre stupéfaction ne connaîtra plus de borne en découvrant ce fascisme du Troisième Millénaire, un fascisme solaire et rayonnant, érotique et décomplexé, à mille lieues des scories passéistes d’un nostalgisme improductif, et aux antipodes d’une marxisme moribond, de religions poussiéreuses et nauséabondes, d’un libéralisme vérolé et gangréné.


Pourtant qu’on ne s’y trompe pas : nous ne sommes pas une organisation activiste, mais une école de pensée. Notre combat est celui du rayonnement esthétique et de la formation intellectuelle. Nous avons pour objectif de préparer les esprits des femmes et des des hommes de bonne volonté à une contre-révolution morale, dans la continuité d’une tradition épicurienne purgée de tout mysticisme sémitique – Epicure parce qu’il disait que la connaissance apaise car elle nous apprend que nous n’avons rien à craindre de « dieux », et la purification parce que nous sommes Matérialistes en ce sens que nous croyons que les deux seuls pôles de la Réalité sont la Matière et le Mouvement, que la Femme est mesure de toutes choses, et que nous réfutons le surnaturel pour ne croire au divin que sous la forme de la Surhumanité.